Je ne suis pas photogénique !


En tant que photographe, il n'est pas rare que j'entende des propos comme : "Je ne suis pas photogénique !" "Ce n'est pas la peine que tu me prennes en photo car je ne suis pas jolie !" ... Des paroles souvent tenues par des femmes, mais aussi parfois par des hommes (qui pourront alors utiliser l’humour ou d’autres tournures de phrases). C’est vrai que nous avons chacun un rapport particulier avec notre propre beauté, parfois difficile et souvent peu objectif.
Mais qu’est-ce réellement la beauté en photographie ? Qu’est-ce être photogénique ?
Dans le dictionnaire, l’adjectif photogénique est défini comme : « qui a une apparence agréable sur les photographies ». Définition finalement assez vague et peu objective, propre au ressenti et à la vision de chacun. Par extension, pour la plupart des personnes, « être photogénique » est assimilé à la beauté physique. Or nos critères dans ce domaine varient en fonction de nos goûts. Comme on peut le dire dans une expression très connue : « des goûts et des couleurs, on ne discute pas. ». Certes, quelques profils recueilleront plus de suffrages et correspondront à des critères de beauté physique établis, à une norme actuelle propre à un pays et à un moment donné. C’est notamment le cas pour les concours de beauté, concours si éphémères au demeurant. Mais cette beauté qui rend le cliché joli ne peut-elle n’être que physique ? Pour ma part, je considère que la beauté d’une personne sur une photographie est définie avant tout par l’émotion (au sens large du terme, qu’elle soit positive ou négative) que vous allez ressentir en la voyant. Ainsi, on s’éloigne du critère subjectif de la beauté physique à un critère basé sur l’émotion ou l’interrogation que dégage le sujet, qui supplante alors le physique. Certes cette émotion est aussi subjective, mais par sa diversité, elle saura probablement toucher plus de personnes, à des degrés différents. Ainsi, pour moi, une photographie est "jolie" si elle est expressive, quel que soit le physique du sujet. Si on recherche l’émotion, la beauté expressive peut devenir indépendante de la beauté physique et pourquoi pas dans certains cas, devenir même antonyme (une personne sera « belle » même avec un physique « disgracieux»). En effet, le fond de la personne, son âme, ses valeurs, son ressenti, ce qu’elle est réellement ; tout cela est bien plus important qu’un simple physique, un paraître ou encore un habit qui pourtant ne fait pas le moine. J’essaye ainsi, au travers mon rôle de photographe, de vous faire ressortir cette beauté qui sera dans l’émotion, que chacun de nous a naturellement, quel que soit son physique. Ainsi, je privilégierai toujours la beauté du ressenti et de l’émotion, à celle du physique. Cette beauté est à mes yeux bien plus riche. Elle peut permettre aussi de sonder l’âme du sujet et être pour le spectateur regardant le cliché, une source de réflexions mais aussi un voyage à travers lui-même grâce aux émotions véhiculées par le sujet du cliché. Ainsi, celui qui regarde cet inconnu présent sur la photographie, du simple visiteur, devient alors spectateur d’un échange et d’émotions pour finalement finir acteur d’un voyage intime. C’est pourquoi, pour moi, chacun de nous est photogénique et c’est le rôle du photographe de sonder à travers le cliché ce que la personne peut transmettre et procurer ainsi des émotions à celui qui le regarde. Certes, ce n’est pas toujours évident pour le sujet de se voir ou de se découvrir de cette manière, sans artifices. Ce n’est pas non plus toujours évident d’être réceptif à ce que l’autre peut nous montrer. Mais la beauté d’un être, est avant tout défini par ce qu’il est et ce qu’il peut nous donner à un moment précis. La beauté est donc l'émotion. La photographie n’en n'est que l'empreinte fixée dans le temps. Et pour peu qu'on ouvre notre être à cette beauté, alors cette dernière fait jaillir sur nous diverses émotions qui permet alors aussi révéler la nôtre, intimement, intensément, amoureusement… Florent Dejardin

Catégories

réflexion

Haut